Conversation de Grégoire Canlorbe avec Michael A. Woodley of Menie, Yr. (Traduction)

Philippe Gouillou - 26 août 2019 - http://www.douance.org/qi/woodley-2019.html
Traduction de l'interview de Woodley of Menie par Grégoire Canlorbe : stratégies d'histoire de vie (r/K), dysgénisme, sélection de groupe et existence des génies, climat et chute des civilisations...

center

"La nouvelle élite qui est apparue depuis le XIXe siècle dans les sociétés modernisées, et (encore une fois) surtout occidentales, n'est pas tant une élite cognitive, mais plutôt une élite entrepreneuriale, qui a su exploiter des signaux faciles à feindre d'engagement dans la poursuite de certains objectifs moraux (tels que plus d'"égalité" et de "liberté") ; cette poursuite a été élevée au rang de religion séculaire. Ce faisant, les élites transfèrent les coûts sociaux de ces comportements à ceux qui ont le moins de ressources pour les supporter (c’est-à-dire les classes inférieures)."
Michael Anthony Woodley of Menie, Yr.

Sommaire

Présentation

Traduction de : Canlorbe, G. (2019). A Conversation with Michael A. Woodley of Menie, Yr. Psych, 1(1), 207–219. doi:10.3390/psych1010015

Michael A. Woodley of Menie, Yr., né le 16 mai 1984 à Guilford (Angleterre), est le fils de Michael Woodley of Menie, 28e Baron de Menie, baronnie écossaise établie en 1317 et située au nord d'Aberdeen, et de Caroline Cuthbertson (Encyclopedia of Evolutionary Psychological Science). Il est célèbre pour avoir montré en 2013 la baisse de l'intelligence en Occident depuis au moins la fin du XIX° siècle.

Grégoire Canlorbe a réalisé de nombreuses interviews de chercheurs et de personnalités, archivées sur son site : gregoirecanlorbe.com.

Cette interview a été publiée le 6 mai 2019 dans Psych. La traduction ci-après a été réalisée automatiquement avec DeepL, puis relue et corrigée (merci de me signaler toute erreur pouvant rester).

Traduction : Conversation de Grégoire Canlorbe avec Michael A. Woodley of Menie, Yr.

1. Introduction

Michael Anthony Woodley of Menie, Yr. (Younger), est un écologue et psychologue évolutionniste britannique, dont les recherches sur les tendances séculaires dans différents aspects de l'intelligence humaine lui ont valu une grande notoriété.

Woodley of Menie a obtenu son baccalauréat de l'Université Columbia en 2007 et son doctorat du Royal Holloway de l'Université de Londres en 2011, où il a effectué des recherches sur la génétique moléculaire et l'écologie communautaire d'Arabidopsis thaliana, un organisme modèle utilisé en sciences végétales. Depuis lors, ses recherches se sont concentrées sur l'évolution de l'intelligence et de la personnalité humaines et sur la relation entre ces phénomènes et la stratégie de l'histoire de vie.

Woodley of Menie est fellow à vie du Centre Leo Apostel d'études interdisciplinaires de la Vrije Universiteit Brussel en Belgique, et siège au comité de rédaction de la revue Intelligence. Il est l'auteur de plus de 100 articles couvrant un très large éventail de sujets, dont l'intelligence humaine et la stratégie de l'histoire de vie (en particulier leurs bases génétiques et évolutives), la psychologie de la personnalité, les méthodes phylogénétiques comparatives et la primatologie, l'épidémiologie cognitive, l'analyse des tendances séculaires, la macroéconomie, la microbiologie, les sciences végétales, l'écologie théorique, la cryptozoologie même.

Il a publié quatre ouvrages, dont le plus récent est un ouvrage de vulgarisation scientifique (rédigé en collaboration avec Edward Dutton) sur les tendances séculaires de l'intelligence et leurs effets macrosociaux (At Our Wits End : Why We're Becoming Less Intelligent and What It Means for the Future, Imprint Academic, Exeter, Royaume-Uni). En 2015, l'Association for Psychological Science a décerné à Woodley of Menie le titre d'étoile montante pour son travail sur les tendances séculaires en intelligence. Une partie de ce corpus de recherche a inspiré l'invention du terme "Effet Woodley", qui fait référence à toute tendance indiquant un déclin de la capacité cognitive générale au niveau de la population. Son travail a été couvert par divers médias, dont la BBC, The Telegraph, The Times, The Guardian, The Huffington Post et la RAI (télévision italienne).

2. Conversation

Grégoire Canlorbe : Vous avez participé à l'élaboration d'une "méta-théorie biologique" pour les sciences sociales - dans la perspective de "l'évolution de l'histoire de la vie". Pourriez-vous commencer par nous en dire plus à ce sujet ?

Michael A. Woodley of Menie : Tout d'abord, je dois expliquer la théorie de l'histoire de vie. Il s'agit d'un modèle très puissant en écologie évolutionnaire pour expliquer la covariance des traits anatomiques, physiologiques et comportementaux au sein des espèces et entre elles. Son idée de base est que les environnements posent des défis particuliers en matière de fitness aux organismes, ce qui favorise l'évolution d'ensembles coordonnés d'adaptations ; ces ensembles adaptatifs cohérents peuvent être compris comme des stratégies par lesquelles les organismes surmontent les obstacles au fitness (c’est-à-dire le succès reproducteur). Les espèces qui tendent vers des taux de reproduction très élevés (c’est-à-dire des rendements élevés de progéniture) ont généralement une espérance de vie courte et leur progéniture a tendance à être précoce, ce qui signifie qu'il leur faut relativement peu de temps pour atteindre leur forme adulte. Leurs comportements sont également adaptés à des environnements avec des niveaux généralement élevés et imprévisibles de morbidité et de mortalité extrinsèques - les sources de morbidité et de mortalité sont "extrinsèques" si les caractéristiques adaptatives des organismes ont peu d'influence sur eux, et "imprévisibles" si elles présentent une variabilité spatiale et temporelle élevée que les organismes ne peuvent anticiper. L'ensemble des adaptations - comportementales, reproductives, etc. - qui émergent généralement dans ces circonstances environnementales est généralement appelé "stratégie r" (où r indique le potentiel reproducteur d'une espèce). Les lapins illustrent cette stratégie écologique : ils sont prêts à se reproduire dans les six semaines suivant la naissance, et la mère ne passe que quelques minutes par jour avec sa progéniture à investir des ressources dans leur croissance. Les lapins ont aussi une espérance de vie relativement courte et, dans la nature, ils ont de très fortes chances de succomber à la prédation. La stratégie opposée est généralement appelée "stratégie K" (où K désigne la capacité de charge (capacité porteuse) d'un environnement). Lorsqu'une espèce est optimisée pour l'existence à la capacité de charge de son environnement, ses membres présentent une longévité élevée, une gestation prolongée et un développement postnatal prolongé. Les populations à forte densité dans lesquelles vivent les stratèges K connaissent relativement peu de morbidité et de mortalité extrinsèques, ou du moins une mortalité prévisible. Les stratèges K sont généralement de longue durée, en partie parce qu'ils investissent beaucoup dans le développement et l'entretien de la somatique. En ce qui concerne le comportement, les stratèges K sont généralement très pro-sociaux, investissant dans le fitness de leurs parents génétiques par le biais d'un effort communautaire. Les éléphants sont un bon exemple de cette stratégie, puisqu'ils ont des taux de fertilité relativement faibles, mais investissent considérablement dans leur progéniture (en petit nombre) par une gestation prolongée et plusieurs années d'investissement parental postnatal. De plus, ils sont nettement orientés vers le troupeau, les éléphants individuels présentant des comportements très protecteurs envers l'ensemble de leur troupeau lorsqu'ils sont menacés par des prédateurs.

Alors, en quoi la théorie de l'histoire de vie est-elle utile aux sciences sociales ? La réponse est que la variation du cycle biologique n'est pas seulement une source de différences entre les espèces, mais qu'elle existe aussi parmi les populations et les individus au sein des espèces (comme nous l'avons indiqué précédemment). Lorsque l'on considère le cycle biologique comme une source de variabilité intraspécifique, les termes "cycle biologique rapide" (comme "vivre vite et mourir jeune") et "cycle biologique lent" (ce qui suggère " vivre longtemps et prospérer ") sont utilisés au lieu de r et K respectivement. Chez les humains, il existe des corrélations génétiques entre des traits de personnalité, des traits cognitifs et comportementaux sociaux apparemment distincts, compatibles avec l'existence d'un facteur d'histoire de vie latente "liant" ces sources de différences individuelles ensemble. Par exemple, il existe des corrélations génétiques positives entre les cinq grands facteurs de personnalité (ouverture d'esprit, conscience, extraversion, agréabilité et stabilité émotionnelle), de manière à mettre en évidence un facteur général latent de la personnalité (GFP), dont les niveaux élevés correspondent à des niveaux élevés d'efficacité sociale. Le GFP est à son tour positivement corrélé génétiquement avec la santé physique et mentale (qui sont liées par un facteur latent appelé Covitalité), et avec les traits comportementaux et cognitifs sociaux qui sont positivement liés aux investissements dans la famille, les amis, les communautés et les partenaires (à long terme) - ces traits comprennent l'orientation future, l'aversion au risque, et le contrôle de soi (collectivement, ces traits et leurs résultats associés définissent le facteur K-Factor). Le facteur latent supérieur à ces trois domaines est appelé Super-K.

Il est important de noter que les humains sont hautement K sélectionnés comme espèce (c’est-à-dire qu'ils sont en moyenne élevés en Super-K) ; néanmoins, ils présentent des différences individuelles en Super-K, de sorte que certaines personnes, pour des raisons génétiques et épigénétiques, ont des stratégies de cycle biologique plus rapides (c’est-à-dire moins Super-K) que d'autres. La sélection a probablement favorisé la variation héréditaire du cycle de vie chez les individus comme une sorte de couverture adaptative contre la variabilité spatiale et temporelle du niveau et du degré d'instabilité de la morbidité et de la mortalité extrinsèques. Cette observation suggère un point important, à savoir que les évaluations morales appliquées aux stratégies du cycle biologique ne sont pas facilement justifiables et n'ont probablement aucun sens. La pertinence d'une stratégie de cycle de vie rapide ou lent est une question de circonstances environnementales. Comme pour les autres organismes, les humains ont des réserves limitées de ressources bioénergétiques et ne peuvent donc pas investir au maximum dans tous les domaines phénotypiques pertinents pour le fitness. Ils ont plutôt évolué pour investir de façon sélective dans le développement des phénotypes, de manière à produire les stratégies de cycle biologique les plus appropriées pour gérer les défis environnementaux qui caractérisent leurs phylogénies. Pour beaucoup de gens, au moins, il semblera étrange d'appliquer des jugements moraux aux résultats de ces processus évolutifs non téléologiques.

La théorie de l'histoire de vie explique donc la base évolutive de la tendance de divers traits à s'accrocher les uns aux autres par le biais de modèles coordonnés et adaptatifs de compromis développementaux héritables. Le fait que des aspects assez distincts des phénotypes humains s'associent de façon non aléatoire n'a pas échappé aux sociologues, historiens, économistes et psychologues (non évolutionnistes) ; mais ces scientifiques et chercheurs manquent d'une explication distale, ou ultime, satisfaisante des modèles corrélationnels qu'ils observent. Notre objectif dans la rédaction de Life History Evolution : A Biological Meta-Theory for the Social Sciences (Palgrave MacMillan, Londres) devait démontrer, par l'analyse des travaux d'un échantillon représentatif des principaux penseurs en sociologie, histoire, économie et psychologie, que les publications clés dans les annales des sciences sociales sont centrées sur les phénomènes du cycle biologique mais ne reconnaissent pas explicitement ce fait. Par extension, ces travaux ne parviennent pas à utiliser les ressources considérables de la théorie de l'histoire de vie pour intégrer ces phénomènes dans un cadre cohérent. En montrant que cela est possible, nous démontrons le caractère central de la stratégie du cycle biologique pour l'organisation sociale humaine. Le livre met en lumière un cas de ce que E. O. Wilson a appelé la consilience, c'est-à-dire la convergence de différentes formes d'enquête sur une question scientifique sur les mêmes résultats de fond. La théorie de l'évolution a été particulièrement puissante dans la réalisation de la consilience parce qu'elle tend à exposer les bases unificatrices ultimes de phénomènes que les chercheurs en sciences sociales et comportementales n'expliquent que de manière incohérente et approchée.

Grégoire Canlorbe : L'une de vos premières affirmations, fondée sur l'observation de "l'adaptation à la spécialisation" et de "la récurrence convergente des formes biologiques", est que "les lois naturelles platoniciennes peuvent agir dans les écosystèmes". Pourriez-vous revenir à cette intuition précoce ?

Michael A. Woodley of Menie : C'est l'un de mes premiers travaux en écologie théorique. Le modèle que j'y proposais visait essentiellement à expliquer la récurrence des formes biologiques dans la nature. Les conceptions tendent à être "réutilisées" à travers divers taxons qui sont très éloignés les uns des autres, mais qui doivent néanmoins s'adapter à des défis environnementaux similaires. Ce processus est connu en biologie évolutionnaire sous le nom d'évolution convergente. Un exemple frappant en est l'analogie morphologique entre l'ichtyosaure, un ordre de reptiles marins qui a vécu du Trias précoce au Crétacé tardif, il y a environ 250 à 90 millions d'années, et l'infraordre des cétacés, qui contient les dauphins et baleines. Les parallèles sont frappants, les espèces des deux groupes présentant une gamme similaire d'adaptations morphologiques liées au régime alimentaire, à la reproduction et à la taille corporelle.

Pour comprendre la prévalence de l'évolution convergente - qui ne se limite pas aux cas d'espèces possédant des plans corporels analogues, mais qui englobe des assemblages de communautés écologiques entières, et même des gènes évolués indépendamment qui sous-tendent la même fonction chez leurs porteurs à travers divers taxons - je me suis inspiré des travaux de Michael Denton. En particulier, je me suis appuyé sur sa découverte que les contraintes physico-chimiques limitent la diversité des structures protéiques - ces contraintes ont pour effet de produire des archétypes naturels récurrents que l'on a appelés "moules platoniques". Cela signifie que les lois naturelles ont un rôle plus important dans la limitation de la diversité de la structure des protéines que ce que l'on pourrait normalement supposer (par exemple, si l'on aborde la question avec l'idée que cette diversité n'est qu'un résultat contingent de la sélection naturelle). Les idées de Denton rappellent les modèles pré-darwiniens de transmutation biologique, comme le transcendantalisme. Les transcendantalistes soutenaient que l'éventail des plans corporels et des structures morphologiques homologues d'une espèce à l'autre découle de l'affinité à travers un archétype ancestral, qui a dégénéré dans l'éventail des espèces vues dans les temps plus modernes. On pensait que l'archétype lui-même avait été créé spécialement pour reconstituer les espèces disparues. Le changement évolutif dans ce modèle est considéré comme dégénératif - les formes de vie sont corrompues (c’est-à-dire qu'elles acquièrent des propriétés morphologiques qui les font dévier de leur archétype) par l'action d'environnements changeants. On pensait que cette évolution unidirectionnelle aboutissait nécessairement à l'extinction des espèces.

Je pensais à l'époque que les niches écologiques pouvaient être conceptualisées comme ayant des propriétés archétypiques, en ce sens que les niches constituent des centroïdes dans un espace N-dimensionnel, dont les axes correspondent à des gradients environnementaux par rapport auxquels une espèce donnée est distribuée d'une manière unimodale. La niche constitue donc un ensemble de contraintes physico-chimiques sur la liberté évolutive d'une espèce donnée. L'écologiste G. Evelyn Hutchinson, à l'origine du concept de niche moderne, a déclaré que la niche d'une espèce est définie par l'espèce qu'elle contient et qu'il ne peut y avoir de niche vacante (parce que le concept de niche n'a aucun sens en l'absence d'une espèce). Mathématiquement, cependant, ce n'est pas strictement vrai : Tout comme la niche est définie par la présence d'une espèce, une niche vacante pourrait être conçue comme son aspect négatif, c'est-à-dire l'absence spécifique d'une espèce par rapport aux dimensions délimitées de l'espace niche. De telles niches vacantes - qui sont en fin de compte des fonctions des propriétés physiques et chimiques des écosystèmes et qui existent avant l'évolution d'une espèce en tant que potentiel d'adaptation - peuvent donc agir sur la lignée d'une espèce de manière à limiter la gamme des formes biologiques qui sont possibles dans un écosystème donné, les lois naturelles agissant pour attirer les trajectoires évolutives des espèces dans les moules platoniciennes. Des écosystèmes diversifiés peuvent donc contenir une gamme limitée de niches vides archétypiques évoquant des formes biologiques récurrentes et entraînant une convergence évolutive entre des lignées distinctes.

L'idée que la spécialisation écologique constitue une forme de dégénérescence de la lignée est basée sur l'observation que les espèces ont une tendance générale, au cours de leur "cycle de vie", à surspécialiser puis à disparaître (ce qui reflète quelque peu le concept de typolyse du paléontologue Otto Schindewolf). Ce processus peut découler du fait que la spécialisation écologique accroît la vulnérabilité des espèces aux perturbations environnementales et biotiques par une dépendance excessive à l'égard d'une facette unique et irremplaçable d'un écosystème. Je donne l'exemple des orchidées dont les plates-formes de pollinisateurs ont évolué de manière à ressembler à un sexe spécifique d'un insecte spécifique dans le but d'attirer le sexe opposé de cette espèce pour servir de vecteur à la pollinisation. Il est clair que si cette espèce particulière d'insecte disparaissait, l'orchidée disparaîtrait elle aussi.

Grégoire Canlorbe : Vous êtes surtout connu pour "l'effet Woodley", la chute de l'intelligence générale moyenne en Occident depuis l'époque victorienne. Pourriez-vous expliquer la nature et le fondement de cet effet ?

Michael A. Woodley of Menie : Mon cadre de travail pour comprendre les tendances séculaires de l'intelligence est appelé le modèle de la cooccurrence. Ce modèle repose sur deux observations. La première est que le phénotype cognitif correspondant au QI - mesure composite de l'intelligence relative d'un individu - n'est pas hétérogène, mais se compose de facteurs mentaux généraux et spécialisés distincts. La seconde est que l'avantage de fécondité de ceux qui ont un quotient intellectuel inférieur par rapport à ceux qui ont un quotient intellectuel supérieur (ce que Benedict Morel et Sir Francis Galton ont noté pour la première fois au milieu du XIXe siècle) est d'autant plus grand que le test ou le sous-test de QI mesure le facteur général fondamental de l'intelligence (g). C'est probablement parce que ceux qui ont un g plus élevé, qui ont l'avantage de faire face à des problèmes nouveaux sur le plan de l'évolution, sont plus sensibles aux normes et aux possibilités de contrôle de la fertilité que ceux qui ont un g plus faible, et sont également plus susceptibles d'avoir une carrière scolaire prolongée au détriment de la fertilité. Il est important de noter que le facteur g est la principale source d'héritabilité du QI - plus de 80 % de la variation des niveaux de g chez les individus est probablement due à une variation génétique entre eux. Étant donné que la réactivité d'un caractère à la sélection est proportionnelle à son héritabilité (comme le précise l'équation de l'éleveur), il faut s'attendre à ce que g, en raison de son héritabilité exceptionnellement élevée, diminue le plus rapidement de tous les facteurs d'intelligence en cas de sélection négative. De plus, l'héritabilité élevée de g, en plus de l'apparente variation minimale de ce paramètre d'un milieu à l'autre, implique que le potentiel d'effets environnementaux pour modifier les niveaux de g dans la population est négligeable. Par conséquent, nous devrions nous attendre à trouver des déclins phénotypiques en g au fil du temps dans les populations ayant fait l'objet d'une sélection à long terme contre le caractère, et il y a en effet beaucoup de preuves que cela s'est produit (un point sur lequel je reviendrai).

L'héritabilité des facteurs cognitifs aide également à comprendre l'effet Flynn - la tendance à l'augmentation de la performance aux tests de QI avec le temps, ce qui est le contraire de la tendance que Raymond B. Cattell et d'autres psychologues ont prédit historiquement sur la base des corrélations négatives observées entre QI et fertilité. Puisque l'effet Flynn est le plus important sur les mesures du QI qui ne se rapportent que faiblement à g et qui ont une faible héritabilité associée, il y a beaucoup de place pour des améliorations environnementales, comme une éducation prolongée et une meilleure nutrition, ainsi que des environnements plus stimulants sur le plan cognitif, etc. pour accroître l'intelligence au niveau des habiletés et des habiletés cognitives spécialisées et étroites, mais pas au niveau de g.

Nous avons donc à ce stade les fondements de la prédiction déterminante du modèle de cooccurrence : En plus de l'effet Flynn, il devrait y avoir une baisse concomitante du niveau de g d'une population en raison de l'action de la sélection génétique négative. Le manque de preuves d'une baisse à long terme des mesures du QI malgré une association négative entre le QI et la fécondité a en fait été appelé le paradoxe de Cattell, car Cattell a été le premier à prédire que les scores du QI devraient diminuer en raison de la sélection, pour ensuite découvrir dans les travaux menés dans les décennies suivantes que ces scores étaient en fait en hausse. Richard Lynn a proposé une solution au paradoxe de Cattell dans les années 1990. Selon lui, l'amélioration de la qualité de l'environnement entraîne une augmentation du QI phénotypique, un processus qui inonde le déclin simultané du QI génotypique. Ce modèle d'atténuation ne permettrait pas de prédire certaines mesures des phénotypes cognitifs pour démontrer le déclin des aspects de l'intelligence avec le temps, mais c'est précisément ce que mes collègues et moi avons constaté.

Tout d'abord, nous avons découvert que les temps de réaction visuels simples semblent ralentir depuis les années 1880 au plus tard. Puis nous avons découvert que les performances de la mémoire de travail diminuent depuis les années 1930 au plus tard, puis l'acuité des couleurs depuis les années 1980, la capacité de rotation 3D depuis les années 1970, et enfin l'utilisation du vocabulaire très difficile dans les textes écrits, qui est en déclin depuis 1850. Ces indicateurs de capacité cognitive ont certaines propriétés que nous avons prédites, ce qui les rend particulièrement sensibles à la sélection et à d'autres pressions favorisant un g plus bas. Un certain nombre d'entre eux sont des mesures à échelle ratio, ce qui signifie qu'ils ont un véritable point zéro de mesure - à l'échelle Kelvin des températures - contrairement aux échelles d'intervalles semblables, comme les systèmes de notation des tests classiques de QI, dont les valeurs sont relatives plutôt qu'absolues (ce serait semblable aux échelles Celsius et Fahrenheit des températures). Cela signifie que les populations évaluées à l'aide de mesures à l'échelle ratiométrique comme le temps de réaction simple (visuel ou auditif), la mémoire de travail et l'acuité des couleurs à un moment donné peuvent être comparées de façon significative aux populations évaluées avec les mêmes mesures à un autre moment, car les mesures des performances des deux populations sont absolument mises à échelle. Puisque l'effet Flynn implique des gains de capacités spécialisées au fil du temps, les tests de QI dans les populations plus modernes en viennent à mesurer ces capacités dans une plus grande mesure, et ils mesurent g dans une mesure proportionnellement moindre (parce que les gens apportent des capacités spécialisées à des problèmes qu'ils ne pouvaient résoudre dans le passé qu'avec g). Cet échec de l'invariance des mesures dans le temps signifie que les tests de QI mesurent aujourd'hui des paramètres psychométriques quelque peu différents par rapport au passé. La propriété d'invariance de la mesure par rapport à g est donc ce qui permet aux divers indicateurs mentionnés ci-dessus de suivre collectivement le déclin de g depuis (dans certains cas) plus d'un siècle - les baisses de cet ensemble d'indicateurs sont ce que certains dans mon domaine ont appelé les "Effets Woodley".

Il faut observer que ces "Effets Woodley" ont été corroborés par des données indiquant que les génomes des personnes âgées dans les populations occidentales sont plus riches en variants génétiques qui prédisent le QI et le niveau de scolarité que ceux des personnes plus jeunes - et que dans les très grandes populations, la tendance au déclin persiste même lorsque les effets confusionnels du biais de survie sont contrôlés statistiquement (ce biais résulte du fait que les personnes à QI élevé vivent en moyenne plus longtemps que celles à QI inférieur). Les "Effets Woodley" semblent aussi avoir des conséquences dans le monde réel, étant donné que les taux de macro-innovation et d'éminence intellectuelle ne cessent de baisser depuis le milieu du XIXe siècle sur la base d'analyses historiométriques convergentes des encyclopédies d'histoire des sciences et des technologies (il existe également des signes de déclin dans les disciplines non scientifiques, mais je les mets de côté ici). Étant donné que les macro-innovations (qui sont des percées scientifiques et technologiques hautement et visiblement nouvelles, par exemple le développement de la théorie de la relativité) constituent des manifestations sociales importantes de niveaux élevés de g appliqués à des problèmes très complexes, le déclin phénotypique consécutif à une sélection négative pertinente réduit de façon prévisible les taux de macroinnovation.

Cela ne veut pas dire que l'effet Flynn est sans importance. J'ai consacré beaucoup de recherches à découvrir à la fois les causes et les conséquences de la spécialisation cognitive croissante des populations qui subissent l'effet Flynn. Le modèle que mes collègues et moi avons élaboré postule que les réductions de la morbidité et de la mortalité extrinsèques et de l'imprévisibilité de l'environnement à la suite de l'industrialisation et du processus plus vaste de modernisation ont été génétiquement et épigénétiquement choisies pour des stratégies plus lentes au niveau de la population en ce qui concerne le cycle biologique. Comme nous l'avons mentionné plus haut, les organismes à cycle de vie plus lent investissent plus lourdement (par exemple en consacrant plus de temps et de calories) dans le développement somatique, y compris le développement cérébral et cognitif, que ceux à cycle de vie plus rapide. Les stratèges du cycle biologique relativement lent sont également adaptés pour exploiter des créneaux étroits et stables - une stratégie viable lorsque la morbidité et la mortalité extrinsèques et l'imprévisibilité de l'environnement sont faibles - ce qui est plus efficace avec des ensembles spécialisés de capacités cognitives et de dispositions comportementales. La théorie de l'histoire de vie peut donc expliquer à la fois l'augmentation des niveaux de capacités cognitives spécialisées qui constituent l'effet Flynn authentique et la tendance de l'effet Flynn à se produire à mesure que les profils cognitifs deviennent plus spécialisés que généraux.

De plus, le modèle du cycle biologique de l'effet Flynn fournit un cadre théorique permettant d'intégrer de nombreuses causes proposées de l'effet (comme l'amélioration de l'alimentation, l'exposition accrue à la scolarité, la réduction du stress lié aux maladies, etc.), puisque presque toutes ces causes favorisent de façon sélective des cycles de vie plus lents (parce qu'elles diminuent les niveaux de morbidité et de mortalité extrinsèques et l'imprévisibilité environnementale) ou sont les conséquences de cycles de vie plus lents (ces dernières s'appliqueraient aux modèles de l'effet Flynn qui invoquent la taille décroissante des familles en modernisation, permettant un investissement accru des ressources dans le nombre relativement petit d'enfants que les parents doivent élever). Compte tenu du fait que le ralentissement du cycle biologique augmente la spécialisation cognitive et comportementale et semble permettre l'effet Flynn, il n'est pas surprenant que mon équipe et moi ayons constaté que le ralentissement du cycle biologique et l'effet Flynn prédisent la diversification macroéconomique et la croissance économique (mesurée en fonction du PIB par habitant), à la fois de manière synchronisée et diachronique. Les économistes s'attendraient bien sûr à ces résultats de la spécialisation, compte tenu de la loi de l'avantage comparatif de Ricardo. Mon collègue Aurelio José Figueredo a dirigé certains des principaux tests empiriques de l'association entre la croissance économique et la stratégie de cycle de vie au niveau de la population, et a également fait des prédictions préliminaires importantes sur le rôle des stratégies de cycle de vie lent dans la promotion du développement de la personnalité et de l'individuation du comportement au sein des groupes.

En résumé, le modèle de cooccurrence offre des prévisions contrastées sur les impacts macrosociaux et économiques d'une chute de g tout en augmentant les capacités spécialisées (Effets Woodley et Flynn, respectivement). Alors que la première prédit un déclin de la créativité et de la capacité de macro-innovation, les travaux de l'historien économique Robert Fogel nous apprennent que la macro-innovation n'est pas toujours essentielle à la croissance économique, car il s'agit d'une cause distale - en fait, les micro-innovations issues des macro-innovations sont beaucoup plus importantes dans ce processus. D'où l'association (aujourd'hui assez bien reproduite) entre l'effet Flynn et la croissance du PIB, malgré l'"Effet Woodley" et la baisse des taux de macro-innovation.

Si l'on considère mes premières recherches dans le domaine de l'écologie théorique évoquées précédemment, il semble y avoir une "grande analogie" entre cette tendance à une spécialisation toujours plus grande dans une civilisation et le processus de typolyse de Schindewolf qui, là encore, prédit que les espèces dégénèrent en types spécialisés vers la fin du cycle de leur existence. Le fait de voir cette même dynamique de dégénérescence et de surspécialisation dans certaines populations humaines contemporaines pourrait indiquer l'action d'un processus de typolyse sociale, ce qui présage peut-être un éventuel renversement du processus de modernisation.

Grégoire Canlorbe : Deux périodes doivent être notées dans l'histoire occidentale - sinon l'histoire du monde - pour avoir produit des individus d'une grande éminence. C'est-à-dire l'Italie de la Renaissance, qui a vu l'émergence de Léonard de Vinci, Michel-Ange, Raphaël, Marsilio Ficino, Machiavelli, ou Monteverdi ; et la Grèce antique - surtout la Grèce classique - qui a produit Thales de Milet, Pythagore, Héraclite, Socrate, Platon, Platon, Aristote, Thucydides, ou Alexandre le Grand. D'un point de vue bioculturel, comment expliquez-vous ces explosions cognitives et créatives uniques ?

Michael A. Woodley of Menie : Mon point de départ est l'observation que les civilisations montent et tombent. Beaucoup de penseurs antiques, tels que l'historien romain Polybe, ont eu des vues cycliques de l'histoire, qui sont venues concurrencer les vues progressives le plus fortement autour du temps du siècle des Lumières. Mon travail m'a amené à croire que les théoriciens cycliques avaient (et ont) raison et que les progressistes avaient (et ont) tort.

Les deux principaux moteurs de la croissance de la civilisation sont la sélection génétique pour les caractères plus élevés en g et aussi pour les caractères plus lents du cycle biologique. Pour qu'une civilisation s'élève, il semble que les pressions de sélection doivent simultanément favoriser un g élevé, permettant ainsi un meilleur contrôle intelligent de l'environnement (un processus appelé construction de niche inceptive), et un cycle de vie plus lent. La lenteur du cycle biologique au niveau de la population permet l'émergence d'une division du travail à grains fins (grâce à une différenciation cognitive et stratégique accrue du comportement). Cette spécialisation limite la concurrence intraspécifique parce qu'elle réduit les conflits d'accès à des créneaux, ce qui facilite la coopération qui stimule la productivité globale. Dans l'Occident contemporain (et dans d'autres parties du monde), la sélection favorise le fitness de ceux qui ont un faible g. Mais les personnes qui ont un cycle de vie plus lent (contre-intuitif) ont une fertilité moyenne plus élevée que celles dont le cycle de vie est plus rapide. Il existe une explication simple pour résoudre ce paradoxe apparent : la lenteur du cycle de vie prédit des attitudes positives à l'égard des enfants - elle semble limiter l'accent mis sur les coûts associés à l'éducation des enfants et augmenter le nombre souhaité de descendants. Ceux qui ont des antécédents de vie rapide ont probablement produit un plus grand nombre d'enfants par le passé (avant la révolution industrielle), non pas par désir d'enfants, mais parce qu'ils ont mis en œuvre des stratégies à fort effort d'accouplement sans avoir accès à une contraception fiable. (Néanmoins, dans certaines parties du monde préindustriel présentant des niveaux élevés de morbidité et de mortalité intrinsèques [contrôlables], la progéniture des stratèges du cycle de vie rapide aurait été beaucoup plus à risque de mourir pendant la petite enfance et l'enfance que celle des stratèges du cycle de vie lent, qui confère probablement à ces derniers un avantage sur les premiers, si bien que la sélection a favorisé le cycle lent dans ces périodes et à ces endroits). La disponibilité de contraceptifs bon marché, fiables et faciles à utiliser, ainsi que d'avortements sans danger, explique probablement le désavantage de la fécondité des stratèges du cycle de vie rapide aujourd'hui.

Actuellement, donc, un seul des deux facteurs nécessaires à la croissance civilisationnelle est présent dans les populations occidentales. On peut donc s'attendre à ce que la civilisation occidentale stagne (ce qui semble déjà se produire), puis décline. Le ralentissement du cycle biologique peut être le seul soutien significatif à la civilisation, car des degrés de plus en plus élevés de spécialisation écologique (reflétés par l'effet Flynn) augmentent l'avantage comparatif et génèrent (en partie) la croissance économique. Mais la baisse des taux de macro-innovation due à la baisse de g a probablement un effet corrosif : au fil du temps, la base des macro-innovations à partir desquelles les micro-innovations peuvent être dérivées se rétrécira. Le régime actuel de sélection n'est donc pas viable en ce qui concerne la civilisation.

L'oscillation entre les régimes de sélection au niveau du groupe et au niveau individuel est le moteur ultime de ce cycle d'évolution comportementale. La sélection de groupe se produit lorsque la sélection se fait principalement au niveau des populations, c'est-à-dire lorsque les différences de fitness sont, pour une raison quelconque, plus prononcées entre les populations que entre les individus au sein des populations. En revanche, la sélection individuelle se produit lorsque la sélection se fait principalement au niveau des individus, c'est-à-dire lorsque les différences de fitness sont, pour une raison quelconque, plus prononcées entre les individus qu'entre des phénomènes biologiques plus complexes (comme les populations ou les espèces). En ce qui concerne les humains au moins, où l'équilibre de la sélection se situe entre le niveau individuel et le niveau du groupe dans un cas particulier semble être principalement une fonction à la fois de la température moyenne et de la variabilité de la température. Il a été empiriquement bien établi que les températures plus basses prédisaient historiquement des niveaux accrus de violence entre les groupes, ce qui semble être la principale source de pression sélective de groupe chez les humains, telle que mesurée par les indices de décès dus à la guerre. En effet, la Grande Crise du XVIIe siècle a été associée à des températures extrêmement basses en Europe et a connu des conflits intergroupes extrêmement coûteux (comme la guerre de Trente Ans).

Les climats froids et variables semblent engendrer des régimes sélectifs au niveau du groupe en raison de leurs effets sur l'agriculture. En forçant le prix des denrées alimentaires (les mauvaises récoltes liées au climat entraînent des pénuries alimentaires) ou en provoquant l'instabilité des prix, le froid rend les populations plus enclines à l'expansionnisme, généralement en vue de coloniser des terres dans des régions plus tempérées du sud de la planète où les ressources devraient être plus abondantes. Ainsi, le petit âge glaciaire qui a affligé l'Europe du début de l'ère moderne a probablement induit l'âge de l'Empire du 18e au 19e siècle.

Lorsque différents groupes bioculturels s'engagent dans des conflits intergroupes, il y a une prime de fitness sur les formes d'altruisme qui ont des effets positifs significatifs sur le fitness du groupe ou de l'organisation (c’est-à-dire la part d'un groupe bioculturel dans la biomasse humaine mondiale). Un tel altruisme peut prendre plusieurs formes, par exemple, le sacrifice héroïque de soi dans la guerre. Une idée plus importante que le biologiste évolutionniste William D. Hamilton a d'abord proposée est que les génies, c'est-à-dire ceux qui sont responsables de contributions intellectuelles majeures, pourraient avoir une fonction altruiste par laquelle ils améliorent profondément le fitness de leurs groupes bioculturels ; la manifestation clé de cette fonction est le développement de nouvelles idées qui fournissent aux groupes entiers des avantages en termes de fitness sur les autres. Un bon exemple de ce processus vient de la vie du cartographe néerlandais Gerardus Mercator. Ses innovations dans la cartographie ont conféré aux Hollandais, en plus (éventuellement) aux autres peuples européens, la capacité de coloniser avec succès des terres lointaines dans les siècles suivants.

De nombreux aspects de la psychologie et du comportement des génies suggèrent qu'ils sont le produit de régimes de sélection de groupe. Il a été noté que ces personnes ont tendance à être hyperfocalisées sur le(s) problème(s) qu'elles ont choisi(s), souvent à l'exclusion de tout le reste. Historiquement, ils s'en tirent très mal sur le plan de la reproduction, avec des taux élevés de célibat et d'asexualité. Ils tendent vers des niveaux modérément élevés de psychoticisme, ce qui implique des niveaux élevés d'idéation créative et d'indépendance d'esprit (ceux qui sont élevés dans cette dimension ont tendance à rejeter les conventions sociales). Avoir un g élevé est évidemment un facteur nécessaire pour le génie, mais pas suffisant. Le psychologue Hans Eysenck a noté qu'il y a probablement une douzaine de facteurs importants qui doivent se combiner en un seul individu pour produire du génie, et cette combinaison est très rare. De plus, bien que l'éminence intellectuelle ait tendance à se concentrer dans les familles élargies (comme l'a noté Galton), elle ne se "reproduit jamais vraiment". Les descendants d'un génie ne sont presque jamais aussi éminents que leurs parents, ce qui suggère que ces rares combinaisons de caractères survivent rarement à une recombinaison chromosomique.

De tout cela, il semble que les génies "paient" leur propre fitness par le gain en fitness qu'ils confèrent à leurs groupes bioculturels. Ce n'est que par ce mécanisme que les génies peuvent augmenter le succès de la copie des gènes qui sous-tendent les facteurs qui les produisent collectivement. C'est un exemple classique de sélection négative dépendante de la fréquence - avoir trop de génies est probablement mauvais pour le groupe, car ils ont un faible succès reproductif et peuvent imposer d'autres coûts à la société ; mais avoir trop peu de génies handicape les populations dans la compétition et les conflits entre groupes. La sélection sexuelle au niveau individuel dans le contexte d'une forte concurrence entre groupes ou d'actes conflictuels pour maintenir leur nombre relativement faible, ce qui permet d'atteindre un équilibre des coûts et des avantages au niveau du groupe qui favorise le fitness global.

Le politologue Charles Murray a noté que la fréquence des génies au fil du temps dans les populations occidentales (évaluée de la même façon que les macro-innovations — au travers des cotes historiométriques convergentes des experts pertinents) suit un modèle cyclique. Plus précisément, il a documenté une augmentation de leur prévalence par habitant à partir de la Renaissance (une période caractérisée par d'importantes réalisations scientifiques et culturelles en Europe, comme l'indique la question ci-dessus) qui a culminé au début et au milieu du XIXe siècle, puis qui s'est effondrée par la suite.

La phase de déclin coïncide avec la période où la corrélation entre les capacités cognitives et la fécondité est devenue négative en Occident, et avec la période de réchauffement planétaire qui a suivi le minimum de Maunder. Les climats plus chauds ont réduit les niveaux de stress écologique agissant sur les populations occidentales, causant la pacification et une réduction significative de la force des conflits intergroupes (à partir de l'époque de la Pax Britannica, comme on pouvait s'y attendre). Les macro-innovations dans les domaines de l'hygiène, de la médecine et de l'agriculture au début du XIXe siècle (alors que le niveau de population g des Européens, dans son ensemble (mais avec des variations, bien sûr), était encore très élevé) ont certainement réduit davantage le niveau de stress écologique que ces populations ont connu, avec les réductions massives de mortalité infantile et infantile qui en ont découlé, comme les démographes en ont largement fait état. L'utilisation des contraceptifs parmi les élites a probablement encore modifié l'équilibre de la sélection en faveur de celles dont les niveaux de g sont plus faibles, tout comme l'exposition de plus en plus universelle et prolongée à l'éducation. Au fur et à mesure que les populations sont passées à un régime de sélection fortement individuel, favorisant nécessairement l'aptitude des personnes les mieux équipées génétiquement pour réussir dans des conditions de compétition interindividuelle plutôt qu'intergroupe, on s'attend à ce que leur composition psychologique ait commencé à évoluer d'une manière défavorable aux génies et autres types altruistes. En termes simples, les conditions modernisées ne favorisent pas les traits qui sont utiles aux groupes en conflit ou en compétition intense avec d'autres - le g et l'altruisme, mais aussi peut-être les orientations "transcendantes" au sens large, qui peuvent associer à un alignement psychocomportemental avec les groupes bioculturels des individus, un alignement qui peut se répercuter sur le fitness de ces groupes (Murray a affirmé que les génies s'occupent généralement des "biens transcendantaux"). Dans ces conditions, le génie s'éteint au fur et à mesure que les niveaux des différents traits psychométriques nécessaires à son maintien diminuent (ce qui pourrait expliquer pourquoi, en 2013, l'éminent chercheur du génie Dean Keith Simonton a écrit un article dans Nature intitulé "Après Einstein : Le génie scientifique est éteint").

Grégoire Canlorbe : Dans la sélection de groupe, la concurrence pour la mise en évidence n'est pas seulement une fonction des pressions exercées par la sélection individuelle : l'individu qui s'efforce de faire évoluer la hiérarchie (ou de maintenir sa position) n'agit pas seulement sous la pression des "gènes égoïstes" ; il agit aussi en réponse aux pressions émanant de son groupe bioculturel plus large qui réglemente et récompense ses composantes internes - ce que V.C. Wynne-Edwards appelle "la compétition pour les prix traditionnels par les moyens traditionnels". En tant que sélectionniste de groupe, comment résumez-vous les implications — pour la science économique — de cette vision " holistique " de la hiérarchie sociale, notamment en ce qui concerne les inégalités de revenus, la division du travail, la lutte des classes ou le passage d'un système féodal agraire à un système salarial organique ?

Michael A. Woodley of Menie : Je considère l'économie comme un prolongement de la sociobiologie humaine. Cela signifie que les systèmes économiques et les préférences sont façonnés par les caractéristiques innées des groupes bioculturels — ils font partie de l'écologie comportementale de ces groupes. Je ne crois pas que les principes économiques soient en aucune façon "antérieurs" aux facteurs biologiques qui façonnent les affaires humaines. Il est intéressant de noter que certains économistes commencent maintenant à s'éloigner de la théorie au motif qu'elle entrave les progrès dans ce domaine et qu'elle a conduit à une variété de prévisions erronées. Ils en viennent plutôt à adopter une approche axée sur les grandes données. Je soupçonne que très peu d'économistes seraient en faveur d'une telle démarche si l'économie avait connu une révolution darwinienne il y a des décennies (alors qu'elle aurait certainement pu le faire) et s'était largement intégrée aux sciences du comportement par la sociobiologie. Le domaine aurait développé un bien meilleur fondement théorique et ses progrès auraient été considérablement plus importants (par exemple, les économistes auraient probablement remarqué que les modèles à choix rationnel seraient beaucoup plus utiles s'ils pouvaient intégrer adéquatement les différences individuelles dans des caractères comme g).

En ce qui concerne le rôle des modèles historiques de sélection au niveau du groupe et de l'individu dans la formation de l'activité économique, il s'agit en effet d'un élément pertinent pour comprendre l'évolution et la durabilité de la stratification verticale (généralement appelée inégalité). Dans les conditions de sélection de groupe, les inégalités constituent une source de division du travail qui peut globalement bénéficier à un groupe. Historiquement, la régulation de l'inégalité a pris la forme de fortes convictions sociales et religieuses découlant d'un sentiment d'appartenance à un ordre social ayant un but sacré (bien que cela ait été réalisé de manière imparfaite, bien sûr). Certains fondements moraux ont probablement co-évolué dans le cadre de la sélection de groupe, en particulier ceux de pureté, d'autorité et de loyauté, qui, selon le psychologue social Jonathan Haidt, constituent une source de lien social. Dans des conditions très contraignantes, comme celles qui semblent avoir prédominé au Moyen Âge, les individus s'engageaient dans des manifestations spontanées d'altruisme lorsque les intérêts de leur groupe bioculturel étaient menacés (il y a de nombreuses preuves que cela s'est produit parmi un certain nombre de populations européennes pendant les croisades). Les Européens médiévaux se sont également organisés eux-mêmes en grande partie en conformité avec les préceptes monarchiques, l'infrastructure de l'État ayant été à l'époque beaucoup trop peu développée pour faire respecter les comportements de manière coercitive et efficace. Ils ont manifesté ce qu'on a appelé "l'autonomie gouvernementale sur ordre du roi", un phénomène discuté dans un livre à paraître sur lequel deux de mes collègues (Matt Sarraf et Colin Feltham) et moi-même travaillons depuis quelques années.

Le terme distributisme est parfois utilisé pour caractériser l'économie dans ces conditions, où le travail était organisé et autorégulé par un système de guildes. Bien qu'il existe un groupe de marchands, son orientation au sein du groupe limite la portée de ses activités, ce qui a mené à l'établissement de différentes formes d'accords commerciaux pour les membres du groupe et ceux qui n'en font pas partie.

En revanche, le système politico-économique contemporain, souvent appelé "globalisme", reflète une forte sélection au niveau individuel, où il n'existe aucune tendance spontanée à préférer des comportements moraux contraignants, et où les fondements moraux individuels sont mieux caractérisés comme individualistes, ce qui, selon Haidt, implique des préférences pour la réduction des risques, un sous-produit de la pacification écologique, et pour l'égalitarisme ou l'équité qui est contraire à l'existence de la hiérarchie. Dans de telles conditions, les individus sacralisent les efforts visant à atténuer les maux sociaux perçus découlant de l'inégalité, ce qui (ironiquement) les amène à se faire concurrence pour obtenir un statut par le biais de manifestations toujours plus exagérées de leur engagement à poursuivre des objectifs égalitaires. Parfois, peut-être même souvent, ces présentations sont rentables pour les élites — il faut peu d'imagination, par exemple, pour comprendre comment l'intégration de styles de vie autrefois considérés comme inacceptables crée de nombreuses opportunités pour les entreprises. Mon collègue Matt Sarraf a développé l'idée que la mondialisation n'est pas seulement un phénomène politico-économique mais dépend en partie d'un projet concernant la psychologie des masses : un effort pour éliminer les orientations morales collectives ou contraignantes. Les élites encouragent les gens du monde entier (bien que de manière inégale) à abandonner leur engagement envers des aspects de leur nation et de leur culture qui sont propres aux intérêts de leurs groupes biologiques particuliers et à s'orienter moralement vers le bien-être des individus sans égard au statut de groupe. Une fois que cette psychologie morale est suffisamment répandue dans une population, il y a peu de résistance et souvent un soutien actif aux efforts de transmogrification des produits socioculturels et des modes de vie uniques des populations, jusqu'à servir "l'humanité globale". De ce processus sont nés des pseudo-empires supranationaux comme l'Union européenne, dont l'ensemble du programme est orienté vers l'effacement des nations souveraines par l'homogénéisation fiscale et politique et, comme nous l'avons déjà suggéré, l'élévation de certains objectifs sociaux progressistes agréables à ceux qui manquent des fondements moraux obligatoires. Cette situation est exactement celle à laquelle on pourrait s'attendre lorsque la sélection se fait principalement au niveau individuel plutôt qu'au niveau du groupe pendant une longue période de temps, mais là où les niveaux élevés de K et la prosocialité qui en découle sont également maintenus ou même augmentés. Pourtant, il existe de profondes différences individuelles dans les traits qui sous-tendent l'approbation de cette dernière phase de l'évolution sociale humaine, et les efforts des gestionnaires de cet ordre mondial globalisé pour tout contrôler, des habitudes de consommation à l'étiquette et au comportement moral, parfois à la limite du totalitarisme, irritent beaucoup de gens. Cela semble être le catalyseur de la croissance organique des mouvements politiques de droite à travers l'Occident contemporain.

Grégoire Canlorbe : Il est bien connu que le génie Mao Zedong a réussi à s'assurer - en fait, à regagner sa place au sommet du superorganisme communiste chinois après avoir dressé la jeunesse contre ses rivaux au sein du Parti. Comment résumez-vous les conséquences du Grand Bond en avant et de la Révolution culturelle sur les schémas de sélection des capacités cognitives en Chine - et, en général, celles d'une économie planifiée ?

Michael A. Woodley of Menie : Dans certains de ses travaux récents, l'historien de l'économie Gregory Clark et, je crois, au moins un autre chercheur, ont constaté que la révolution communiste en Chine avait eu un effet plutôt modeste sur les taux de mobilité sociale - autrement dit, les meilleurs efforts des maoïstes pour éradiquer l'ancienne élite et tout vestige de la tradition chinoise n'ont guère contribué à l'égalitarisme économique. Clark soutient que cette persistance est une conséquence de l'héritabilité élevée du statut social. La variation de la richesse et de la situation professionnelle semble être principalement fonction de la variation génétique additive, comme Clark et son collègue Neil Cummins l'ont montré très récemment en utilisant des données d'une grande lignée anglaise. Les bases génétiques du statut social font qu'il est difficile de les modifier par le biais de l'ingénierie sociale : Les individus qui sont prédisposés à développer un statut d'élite ont simplement tendance à s'élever au sommet, indépendamment du système politique ou économique dominant à un moment donné (tant qu'il existe des possibilités d'atteindre un statut social et économique supérieur à celui des autres).

La question de savoir si l'élite chinoise a persisté ou non en ce qui concerne les niveaux des types de traits qui profitent aux populations dans le cadre d'une sélection de groupe (comme le g élevé) est une autre question, cependant. Certains ont affirmé (par exemple le psychologue évolutionniste Geoffrey Miller) que le rôle de l'État dans la régulation de la taille de la famille (par le biais de la politique de l'enfant unique) pénaliserait la fécondité des personnes ayant un faible g. Mais les données de la période de la politique de l'enfant unique ne soutiennent pas cette affirmation. Les corrélations entre le QI et l'éducation, d'une part, et la taille de la famille et la fécondité, d'autre part, ont été constamment négatives au cours de la période commençant en 1950. Au contraire, ces corrélations se sont renforcées à la suite de l'imposition de la politique de l'enfant unique. La Chine semble donc présenter les schémas de reproduction typiques des populations qui ont subi une révolution industrielle et une rupture résultante de la sélection des groupes.

Grégoire Canlorbe : Dans l'ancien monde indo-européen, le sommet de la hiérarchie sociale n'était pas occupé par les "bourgeois", mais par les mages - du clairvoyant à l'astrologue - et l'aristocrate guerrier. En tant que scientifique issu d'une famille noble, que pensez-vous de la haute estime dans laquelle la magie était autrefois tenue avant la montée de la bourgeoisie et de la "science moderne" ?

Michael A. Woodley of Menie : Ces mystiques étaient d'une ère fondamentalement pré-scientifique. Il est important de noter que bon nombre de leurs domaines d'expertise seraient considérés comme des protosciences, contenant des éléments qui ont ensuite été à la base des sciences modernes (l'alchimie a fait place à la chimie, l'astrologie et l'astronomie se sont unies mais se sont séparées plus tard, etc.) Dans la mesure où les aspects matériellement utiles de ces protosciences pourraient améliorer sensiblement le fitness des groupes humains (comme le développement de la poudre à canon par la recherche alchimique, ou les méthodes de navigation basées sur les positions des étoiles comme un effet secondaire de la recherche astrologique, etc.), il n'est pas surprenant que les élites historiques aient tenu ces domaines de recherche en haute estime, même si les résultats des protosciences ont manqué, pour l'essentiel, de valeur (comme les tentatives pour transformer des métaux communs en or ou prévoir le futur par l'étude des horoscopes, etc.)

La mesure dans laquelle une population tient son aristocratie en haute estime serait également fonction de la mesure dans laquelle cette population est soumise à une sélection de groupe. Historiquement, les aristocrates tiraient leur noblesse de leurs prouesses militaires. Le contrôle parental sur le mariage des enfants a probablement assuré une conservation relativement élevée des traits pertinents à ces prouesses chez leurs enfants (comme dans le cas des lois sur le mariage Morganatique en Europe, qui ont empêché le passage des successions et des titres aux enfants de ceux dont le mariage impliquait des individus d'un rang inégal). L'ancienne fonction de l'aristocratie semble avoir été celle d'une caste guerrière (et dans une moindre mesure administrative), dont l'existence continue dépendait des avantages matériels que ses actions procuraient à ses subordonnés dans la hiérarchie sociale (comme la mise à disposition de nouvelles terres et autres ressources par la conquête territoriale, par exemple). Le fait que les vieilles aristocraties d'Europe et les personnalités intellectuellement éminentes (dont beaucoup, comme l'a fait remarquer Galton, avaient des liens généalogiques étroits avec des familles nobles et ancestrales) ne soient pas tenues en haute estime en même temps est simplement la preuve que les populations modernes, en particulier occidentales, sont et ont été sous (depuis un certain temps) un régime de sélection au niveau individuel. Ce régime sélectif profite le plus à l'aptitude des spécialistes cognitifs/comportementaux qui occupent des micro-niches très étroites dans des techno-économies très complexes, ainsi qu'à d'autres qui peuvent tirer le meilleur parti de l'abondance et de la sécurité matérielles que ces économies produisent. Ces personnes n'ont pas nécessairement besoin d'un g élevé pour réussir, seulement la capacité d'investir du capital cognitif dans l'acquisition de compétences très spécialisées (comme le codage logiciel). Ils n'ont pas besoin de penser en termes de catégories morales et éthiques traditionnelles, comme la loyauté, l'honneur ou la vertu, parce que la réalisation de ces idéaux normatifs ou évaluatifs semble être adaptative seulement (ou principalement) dans la mesure où elle contribue à l'aptitude des groupes bioculturels des individus en conflit avec les autres groupes. Dans des conditions modernisées, l'opportunisme est plus viable, dans la mesure où il n'y a pas de coûts réels à ne pas se sacrifier pour l'aptitude de son groupe et à agir égoïstement entre les groupes, les conflits qui représentent des menaces existentielles importantes ayant largement disparu (certainement en Occident), alors le sacrifice manque maintenant de logique adaptative.

La nouvelle élite qui est apparue depuis le XIXe siècle dans les sociétés modernisées, et (encore une fois) surtout occidentales, n'est pas tant une élite cognitive, mais plutôt une élite entrepreneuriale, qui a su exploiter des signaux faciles à feindre d'engagement dans la poursuite de certains objectifs moraux (tels que plus d'"égalité" et de "liberté") ; cette poursuite a été élevée au rang de religion séculaire. Ce faisant, les élites transfèrent les coûts sociaux de ces comportements à ceux qui ont le moins de ressources pour en supporter les conséquences (c’est-à-dire les classes inférieures). Vous m'avez demandé comment mon appartenance à une famille "noble" influence ma perception de ces tendances. Je n'ai pas beaucoup de réponse à cette question, mais je dirai que je trouve très peu de choses qui soient reconnaissables comme étant nobles dans les comportements des élites contemporaines, parfois appelées "globalistes".

Grégoire Canlorbe : Merci pour votre temps. Y a-t-il quelque chose que vous aimeriez ajouter ?

Michael A. Woodley of Menie : Je dois mentionner que certaines des recherches les plus passionnantes que je mène actuellement concernent un nouveau modèle théorique des transactions génomiques interorganisme et de leurs effets socioculturels et démographiques, que j'ai développé principalement avec Matt Sarraf au cours des deux dernières années. C'est ce que nous appelons le modèle d'amplification de l'épistasie sociale, ou SEAM, qui est basé sur deux idées clés. La première est que les génomes d'organismes dans un environnement sont interactifs, de sorte que le génome d'un organisme peut influencer l'expression génétique et donc le développement phénotypique et la condition d'un autre organisme, un phénomène connu sous le nom d'épistasie sociale. Par extension, ces effets pourraient passer d'un groupe d'organismes à un seul organisme et vice versa, ou d'un groupe d'organismes à un autre ; il faut souligner que ces effets interactifs sont très probablement mutuels. Deuxièmement, les mutations délétères se sont probablement accumulées dans les populations qui se modernisent et se modernisent, parce que la morbidité et la mortalité intenses du passé préindustriel, qui ont probablement été sélectionnées contre ces mutations, ont été pratiquement abolies en raison de l'industrialisation et ses séquelles.

Ensemble, ces idées suggèrent que la fréquence croissante des mutations nuisibles dans certaines populations humaines peut avoir des coûts qui vont au-delà de leurs effets sur les porteurs individuels de mutations. Au contraire, par le biais de l'épistasie sociale, les effets des mutations délétères peuvent être amplifiés dans la mesure où ils peuvent modifier pathologiquement les modèles d'expression génétique dans les organismes qui ne portent pas ces mutations (non porteurs). Cette dynamique pourrait être la base commune d'une variété de tendances indésirables dans les populations modernisées au moins, qui ont jusqu'à présent nécessité une conjonction de théories pour expliquer ces tendances indésirables, y compris la baisse des taux de fécondité, la baisse du nombre de spermatozoïdes et la détérioration de la santé mentale (et à certains égards physique), ainsi que des comportements inhabituels qui semblent devenir beaucoup plus fréquents dans les parties du monde les plus développées que partout ailleurs. La dynamique que le SEAM peut aussi être impliqué dans la perte de moralités contraignantes et les adaptations culturelles associées.

Bien qu'il ne semble pas éthiquement possible de réaliser des tests expérimentaux de ce modèle chez l'homme, avec notre collègue Stéphane Baudouin et son équipe, nous avons obtenu un très fort soutien expérimental de souris pour le SEAM. Plus précisément, nous avons constaté que les souris présentant une mutation liée à des comportements de type autiste modifient épigénétiquement les modèles d'expression de l'ARN chez les souris ne présentant pas cette mutation à laquelle elles sont exposées. Cette altération de l'expression de l'ARN est associée à l'apparition de comportements de type autiste chez les souris non porteuses. Baudouin et son équipe ont noté que l'exposition à des souris présentant une mutation liée à l'autisme abaissait les taux de testostérone des souris non mutantes et entravait leur capacité à former des hiérarchies sociales stables.

Ces résultats expérimentaux s'alignent avec la recherche sur l'"utopie de la souris" du célèbre éthologiste John B. Calhoun. Calhoun a découvert que les colonies de souris élevées dans des conditions "utopiques", c'est-à-dire dans lesquelles les ressources étaient abondantes et la prédation absente, bien qu'elles aient d'abord connu un stade de croissance démographique soutenue, ont finalement cessé de se reproduire et ont disparu. Notamment, vers la fin de l'existence des colonies, les souris présentaient un certain nombre de comportements aberrants, y compris les comportements autistiques apparents dans nos propres expériences sur les souris. Nous pensons donc que la dynamique sous-jacente à l'effondrement de l'"utopie de la souris" de Calhoun était probablement l'accumulation de mutations résultant de conditions environnementales détendues et de l'amplification subséquente des effets délétères des mutations accumulées sur la population de souris entière. Il y a certainement des preuves que le même processus se déroule dans les populations humaines modernisées d'aujourd'hui.

3. Conflits d'intérêts

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

©2019 par l'auteur. Titulaire de la licence MDPI, Bâle, Suisse. Cet article est un article en libre accès distribué sous les termes et conditions de la licence Creative Commons Attribution (CC BY) (http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/).

Images

Photo : Michael A. Woodley of Menie, Yr. par Steve Conrad.