Etude du Wechsler Adult Intelligence Scale Revised

Philippe Gouillou - 1999 - http://www.douance.org/qi/wais.html
Présentation du test le plus utilisé.

Historique

La première version Française du Wechsler pour adultes (le Wechsler Bellevue) a été créée en 1954 ; le WAIS (Wechsler Adult Intelligence Scale) date de 1968, et le WAIS - R (R = Révisé) existe depuis 1988.

Il est disponible auprès de l' ECPA (Editions du Centre de Psychologie Appliquée), à Paris. Il peut être passé auprès de tout psychologue en ayant acquis le droit auprès de l'ECPA (Rappel : pour obtenir les tests, il faut être diplômé).

Principes

Le WAIS-R est la version adulte (c'est-à-dire plus de 16 ans) des tests de Wechsler. Il existe également :

  • WPPSI-R (1995) pour les enfants de 2 ans 9 mois à 7 ans ;

  • WISC III (1996) pour les enfants de 6 ans à 16 ans et 9 mois.

Selon les créateurs de la version Française, le WAIS-R, comme les autres tests de QI, est un procédé psychométrique : "c'est-à-dire un ensemble de questions et de tâches standardisées destinées à évaluer le potentiel de l'individu à se comporter de façon efficace et adaptée"

La valeur d'un test psychométrique dépend de son étalonnage (définition statistique de la moyenne des réponses et des écarts).
L'étalonnage du WAIS-R a été fait suivant les indications du recensement général de la population de 1982 :

  • 10 Groupes d'âges ont été définis (avec pour chacun 50 hommes et 50 femmes, soit un total de 1 000) : En conséquence, le WAIS-R donne 10 mesures de QI, une pour chacun des groupes d'âges ;

  • Chaque groupe était représentatif de la population recensée en 1982 selon les critères suivants : - Catégorie Socio-Professionnelle (CSP : 8 groupes) ;

  • Taille de la commune de résidence (5 groupes) ;

  • Niveau d'études (5 groupes).

Le WAIS-R comprend 11 parties, réparties en 2 groupes : Verbal et Performance. Chacun de ces 2 groupes est un sub-test et peut suffire à définir un QI, mais il est évidemment conseillé d'appliquer les 2 (sauf impossibilité : e.g. handicap moteur interdisant les tests de performances, ou surdité interdisant les tests verbaux). Il y a souvent dyssynchronie chez les surdoués entre les résultats aux deux sub-tests.

Les résultats à chacun de ces tests sont reportés sur une grille de notation de 1 à 19. Ces points sont additionnés (avec, si tous les tests ont été passés, un minimum de 11 et un maximum de 199, tous les tests ne pesant pas 19 points) et ce total constitue la note brute.
Cette note brute est transformée en QI en fonction de l'âge.

Le traitement statistique effectué fait que ce QI final a, pour chaque catégorie d'âge, une moyenne de 100 et un écart-type de 15. D'où :

  • Il offre une courbe en cloche parfaitement symétrique, hormis la bosse constatée dans les bas QI (il y a plus de déficients mentaux extrêmes que de très hauts QI) ;

  • Les 2/3 de la population ont un QI compris entre 85 et 115 (c'est-à-dire Moyenne +/- Ecart-Type) ;

  • Un QI de 125 correspond au centile 5 (5% de la population atteignent ou dépassent les 125 points) ;

  • Un QI de 132 correspond au centile 2 ;

  • Un QI de 137 correspond au centile 1 ;

  • 0,1% de la population a un QI supérieur ou égal à 145 (3 fois l'Ecart-Type).

L'influence de l'âge sur les résultats dépend des tests : certains sont réputé "tenir" (i.e. ne pas évoluer en fonction de l'âge), les autres "ne pas tenir" (i.e. évoluer en fonction de l'âge, avec un maximum pour les 24 - 34 ans).
Le fait qu'un individu ait des écarts entre ses résultats aux tests qui tiennent et ceux qui ne tiennent pas ne correspondant pas à la normale de son âge est significatif. Cet écart permet de calculer un coefficient dit de "détérioration mentale" qui peut être reconnu par les assurances (s'il apparaît suite à un accident, par exemple).

Ce qu'il permet de mesurer

Le WAIS-R est un test de QI reconnu et validé : il permet donc de connaître son véritable QI. Il faut cependant remarquer qu'il "plafonne" à 150 (ce qui correspond à une personne sur 3 000 environ). Il est beaucoup plus discriminant vers le bas.

L'analyse des écarts de résultats entre les 11 tests permet de faire des déductions sur la construction psychologique du testé. Le WAIS-R détermine une base fiable pour pouvoir définir les outils à mettre en place pour compenser les faiblesses ou déséquilibres éventuellement constatés.

Le WAIS-R a donc un intérêt psychologique important, en tant que détecteur des forces et faiblesses de la construction de la personnalité.

Remarque : En cas de détérioration mentale, il est conseillé de le compléter par des tests spécialisés (e.g. le BENTON).

Avis personnel : J'ai été impressionné par la masse d'informations fiables que l'on peut extraire des résultats à ce test.